Lancement d’un nouveau programme pour soutenir les infrastructures sportives et récréatives scolaires et d’enseignement supérieur au Québec

De passage au Complexe sportif Promutuel de l’école secondaire Le boisé à Victoriaville, la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Isabelle Charest, a dévoilé, le 7 septembre, un tout nouveau programme gouvernemental pour soutenir la mise à niveau et la construction d’infrastructures sportives en milieu scolaire et dans les établissements d’enseignement supérieur.

Le Programme de soutien aux infrastructures sportives et récréatives scolaires et d’enseignement supérieur (PSISRSES) sera doté d’une enveloppe importante de 175 millions de dollars qui permettra de soutenir des projets à travers le Québec. La création de ce programme vise à accroître le nombre d’infrastructures sportives et récréatives scolaires et remettre à niveau celles qui sont existantes, afin d’assurer leur accès à l’ensemble de la population.

Les établissements admissibles au programme sont les centres de services scolaires, les commissions scolaires, les établissements privés, les collèges d’enseignement général et professionnel (cégep) et les établissements universitaires. Ils pourront soumettre une demande de financement et déposer leur projet à partir du 15 septembre et ce jusqu’au 26 novembre 2021. Tous types d’installations sportives et récréatives scolaires, par exemple un gymnase ou une piscine, pourront être financés par ce programme.

« De plus en plus, la pratique du sport est importante pour la population. À travers le Québec, les besoins en infrastructures sportives et récréatives sont immenses et c’est pourquoi ce nouveau programme a été mis sur pied. L’ensemble des étudiants, écoliers et citoyens mérite de pouvoir profiter du plaisir de bouger dans des infrastructures modernes, accessibles et de qualité. C’est pourquoi j’encourage les établissements admissibles à soumettre leurs projets. Ce programme d’envergure permettra de consolider l’offre de services, de moderniser les infrastructures existantes ou encore d’en créer des nouvelles. J’ai déjà hâte de voir tous les beaux projets qui pourront se concrétiser grâce à cette enveloppe financière importante. »

Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine