Publication de « L’Évangile selon l’abbé Raymond Roy » pour garder vivante la mémoire de ce prêtre-ouvrier épris de justice sociale

Ceux et celles qui ont bien connu l’abbé Raymond Roy se rappellent ses carnets, innombrables, qu’il noircissait au plomb de ses observations et de ses réflexions. L’espace public n’était pas en reste puisqu’il contribuait régulièrement à la rubrique Opinions du Journal L’Union, dans les années 1970 et 1980. Pour souligner les dix ans de la Journée Raymond-Roy, l’équipe de Solidarité Jeunesse, soit Rock Tourigny, Francine Boivin et Alexis Gagnon, a décidé de réunir ses chroniques dans un recueil « L’évangile selon l’abbé Raymond Roy ».

C’est en compagnie de proches de l’abbé Roy que le recueil hommage à son œuvre a été lancé le vendredi 25 janvier. Quelques membres de la famille Roy figuraient parmi les invités, de même que l’évêque de Nicolet, Monseigneur André Gazaille, l’abbé André Genest, le maire de Victoriaville, André Bellavance, la présidente de la CSBF, Mme Paulette Simard Rancourt, la directrice de la Corporation de développement communautaire des Bois-Francs, Mme Chantal Charest.

L’homme derrière Solidarité Jeunesse et animateur au Service d’animation à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire de l’école secondaire Le boisé, Rock Tourigny garde à portée de mains ces chroniques, toutes pertinentes et certaines impertinentes. Elles guident son action, pourrait-on dire, tant les propos en matière de justice sociale et d’environnement présents dans l’œuvre de l’abbé Roy trouvent écho 40 et 50 ans plus tard.

Solidarité Jeunesse tient d’ailleurs depuis 10 ans la Journée Raymond‑Roy. Grâce à l’engagement des jeunes, cette journée permet d’amasser des sous qui sont mis à profit pour les plus démunis et particulièrement ceux qui fréquentent le Restaurant populaire.

Le frère de l’abbé Roy, Daniel, écrit en préface du recueil que grâce à la « besogneuse implication de l’abbé Roy, la Ville de Victoriaville a fait figure de leader dans le mouvement coopératif (et communautaire, pourrions-nous ajouter). Encore à ce jour, une fondation active et féconde œuvre auprès des jeunes pour leur redonner espoir et dignité. Le rayonnement de ce projet du Hublot (maintenant la Maison Raymond Roy, une résidence pour jeunes adultes en difficulté) avait quelque chose d’inspiré. Raymond, le prophète, avait vu juste », conclut Daniel Roy.

Le livre sera en vente lors de la prochaine Journée Raymond‑Roy le 9 février 2019 prochain au Mont Arthabaska au coût unitaire de 36$.